Margot.monmodele.com
[parution juillet 2011]



À partir de photographies, de mails, de SMS et de transcriptions de propos tenus, Margot.monmodele.com rend compte des pratiques de photographes amateurs dont une activité privée, voire secrète, consiste à produire (sans pour autant les rendre publiques) l’équivalent d’images habituellement véhiculées par des magazines ou des sites dits « de charme ». Les données, agencées ici par le modèle, font apparaître les moyens mis en œuvre par ces photographes pour décrire leur activité : la disposition des textes et des images fait saillir l’économie de leur discours (leurs paroles sont, pour la plupart, des justifications ad hoc destinées à rendre possible la répétition de la même activité avec un nouveau modèle, ou de renouveler une séance avec l’une en particulier).

Ces documents provoquent, chez ceux à qui on les soumet, assez souvent le même type de réaction – gêne, amusement, rire, étonnement –, que ce soit par leur sujet (« pornographie », « avilissement », « pratiques déviantes », « bizarre ») ou par leur qualité* (matériel utilisé, réglage de l’appareil, décor choisi/lieu disponible, préparation, effort/travail/temps accordés à la séance) : autant de signes de leur caractère problématiquement manipulable.

Les données ici agencées peuvent enfin être considérées comme autant de matériaux ethnométhodologiques sur la manière dont la photographie amateur produit des « formes de vie ». Par là, Margot.monmodele.com rend visibles et « parlables » des pratiques sociales peu connues**.



------------------------
* «Parce que cette expression désigne la circulation des données (textes, images et son), leur production, leur distribution et leur réception, loin d’être un mot écran, la « basse définition » définit un régime de perception du monde. Elle pose la question de la perception et de la fabrication de données qui sont permises par la manipulation de matériels plus ou moins sophistiqués, plus ou moins domestiques, appartenant pour l’essentiel au domaine des biens d’équipement audiovisuels et informatiques. » Nicolas Thély.

** Ce livre s’inscrit dans la collection des « Réalités non couvertes » – en référence aux supports, principalement des sites internet, consacrés à ce qu’on appelle l’« uncovered reality » : des «shock sites» rendant visibles des matériaux non censurés (c’est-à-dire, dans les faits, à contenu souvent violent, pornographique ou scatologique).


COMMANDER Margot.monmodele.comQuestions théoriques
collection Réalités non couvertes
Ouvrage publié avec le soutien du Centre national des arts plastiques
(aide à l’édition imprimée), ministère de la Culture et de la Communication.

postface par Luigi Magno
13 x 19 cm. 248 pages. 20 €
EAN 9782917131107
26 juillet 2011


Margot.monmodele.com
[les premières pages]

« Nouvelle écritures politiques »
par Christophe Hanna

Article publié dans le numéro 30 du magazine Art 21 · printemps 2011



Art 21 n° 30 // printemps 2011
magazine bimestriel
–––––––––––––––––––––––––––––––––
édité par l’association francophone d’esthétique
363 bis, rue des Pyrénées
75020 Paris
tél. : 01 43 49 46 51

redaction@art21.fr

Olivier Quintyn [S.V.P.] 2011
I shot Kadhafi

[cliquez sur l’image pour l’agrandir]


Olivier Quintyn [S.V.P.]
Poster* [CD Booklet] conçu à l’occasion de la publication du CD audio** de lectures organisées dans le cadre de la séquence n° 5 du mini-opéra pour non musiciens de Franck Leibovici : the fat moments (la pédagogie)

----------------
* taille réelle : A3
**édition limitée

LA RÉDACTION
Nos décalques rapides de documents copyrightés :

[cliquez sur l’image pour l’agrandir]


« Roi bleu » par Marion, dessin utilisé par H.B. pour occulter les vitres de la classe maternelle des « tout-petits » à Neuilly-sur-Seine. © Films de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris 1993.

LA RÉDACTION
Poster* [CD Booklet] conçu à l’occasion de la publication du CD audio** de lectures organisées dans le cadre de la séquence n° 5 du mini-opéra pour non musiciens de Franck Leibovici : the fat moments (la pédagogie)

----------------
* taille réelle : A3
**édition limitée

EN LIBRAIRIE · juin 2011
Dominiq Jenvrey · Théorie du fictionnaire

[4e de couverture]
« Qu’est-ce que c’est ?
Une théorie logique qui explique avec des schémas comment résoudre les problèmes de l’homme.
C’est un peu de la philosophie !
Une théorie littéraire qui permettrait d’écrire cent mille livres. C’est un peu de la fiction !
Un fictionnaire est un écrivain qui invente des concepts fictionnels pour le futur.
Avec ses concepts, il résout les problèmes qui se posent à la personne. Des problèmes quotidiens. C’est juste la manière dont le fictionnaire les traite qui est incroyable.
La théorie du fictionnaire est entièrement tournée vers le futur.
La théorie du fictionnaire permet de refaire le monde, grâce à une logique imparable. » D.J.

[Présentation]
Puisque la théorie littéraire classique est aujourd’hui arrivée a son exténuation, qu’elle ne nous permet déjà plus de reconnaître la littérature que nous faisons et moins encore celle que nous espérons voir se développer, il est devenu nécessaire de reconcevoir la forme de son discours et la méthode de son enquête. C’est ce que cherche à faire, avec une grande radicalité, ce livre de Dominique Jenvrey. Comment désenkyster le discours critique de ses définitions obligées, fausses évidences acceptées par habitude qui, d’emblée, limitent si fortement le propos ? D’abord, en changeant la nature des concepts à partir desquels on se donne à penser le littéraire : ne plus parler d’«auteur», de «texte», de» fiction», d’«identification», mais composer une nouvelle notion théorique à partir des potentialités propres de termes piqués dans les paroles et les soucis communs.
Ambition, rencontres, futur, dépression, prédictions sont les nouvelles expressions dont ce livre élabore les potentialités conceptuelles et les connexions logiques qu’elles permettent. C’est ainsi qu’est bâtie la notion de fictionnaire pour désigner le créateur de fictions d’une nouvelle espèce, qui, en soi, synthétise les possibles d’une forte réforme de l’idée de fiction littéraire.

Dominiq Jenvrey
Théorie du fictonnaire
Questions théoriques, collection
« Forbidden Beach »
13 x 19 cm. 96 pages. 8,50 €

ISBN 978-2-917131-11-4
parution juin 2011

Achetez Art 21 !

dans le n° 30 dArt 21 · printemps 2011 :



« Nouvelles écritures politiques » : un (long) article de Christophe Hanna sur les pratiques d'écriture actuelles, les Olni, les Ovni, les rapports possibles entre dispositifs littéraires, philosophiques et politiques, Nathalie Quintane, Manuel Joseph, Jean-Marie Gleize

à lire ici







« Stéphane Bérard, l’art en déroute » : une très jolie monographie (8 p.) par Anne Faucheret dans le numéro 30 d’Art 21, en kiosque actuellement, avec plein de photos d'œuvres et de descriptions d’œuvres comme une petite promenade dans le travail de Monsieur Bérard.

avril 2011 :
Stéphane Bérard teste
la rénovation de Charles de Gaulle en écrivain

[4e de couverture]
De Gaulle, un penseur politique dont les lumières pourraient encore nous être utiles ? De Gaulle, un auteur dont l’écriture pourrait être comprise comme une forme particulière d’action politique ? Encore faut-il pouvoir le saisir dans le contexte actuel, se rendre capable de percevoir les divers liens qui rendraient sa pensée applicable à la vie aujourd’hui.
Stéphane Bérard, à la faveur de cette sorte de consécration que constitue la programmation au bac des Mémoires de guerre, a décidé de s’emparer du texte et d’effectuer les opérations de rafraîchissement nécessaires pour « faire accéder les mémoires de Charles de Gaulle à la littérature ».

[Présentation]
Comme il existe des «traductions en français moderne» destinées à rendre Montaigne lisible par un public plus vaste, plus jeune, moins spécialiste du XVIe siècle, Stéphane Bérard propose, à l’heure où une partie des mémoires du général de Gaulle entrent au programme de littérature des classes de terminale L, sa version de cette œuvre, comme «tentative de faire accéder à la littérature les mémoires de Charles de Gaulle».

Lorsqu’il a appris que le tome III des Mémoires de guerre du général de Gaulle figurerait au programme de français des terminales L, Stéphane Bérard (qui avait, en 2008, proposé une relecture en français de L’Enfer de Dante), s’est rendu dans la bibliothèque municipale de la ville où il habite, afin de se faire un avis sur la question : s’agit-il, ou non, d’une œuvre littéraire ? La bibliothèque ne proposait qu’un tome des Mémoires d’espoir : Stéphane Bérard l’emprunta néanmoins, pour voir.
De cette curiosité est née l’idée de travailler sur le texte qu’il avait entre les mains en sorte de le faire accéder au statut que les décideurs de programme scolaire lui attribuaient : celui d’une œuvre de littérature susceptible de «transmettre à un jeune public un message moral, philosophique et/ou politique» (les Mémoires s’inscrivant au programme dans la rubrique « Littérature et débat d’idées »).
Stéphane Bérard lit un paragraphe, une page, un épisode de son volume, puis il le retranscrit, en gardant l’original plus ou moins à portée de vue. En résulte un récit calqué en décalage, un résumé conservant un champ lexical, des façons de formuler certains problèmes d’ordre public (politique, historique), mais en déformant, coupant, déplaçant les idiomatismes gaulliens de façon à les rendre, de nouveau, visibles. En même temps que la prose gaullienne, un certain nombre de mythologies sont ici remises en évidence par les découpes, déplacements et autres ruses du traducteur.
Le livre donne à voir les effets de ces différents modes d’exposition de l’homme politique en écrivain…


Stéphane Bérard
Charles de Gaulle. Mémoires d'espoir (Le renouveau 1958-1962)
Questions théoriques, collection
« Réalités non couvertes »
11 x 17,5 cm. 72 pages. 8 €

ISBN 978-2-917131-12-1
parution avril 2011